Comment éviter un épisode maniaque ?

Que qu’un épisode survienne, quand, pendant combien de temps, et sa gravité dépendent dans une large mesure de facteurs qui sont sous le contrôle du patient et de sa famille. Pour qu’un épisode se produise, les éléments suivants sont nécessaires ou suffisants :

  • Vulnérabilité génétique (nécessaire)
  • Cyclicité/anniversaire (suffisant)
  • Grands stress (suffisant)
  • Manque de soutien (suffisant)
  • Absence de médication (nécessaire)

Facteurs importants pour déclencher un épisode

Périodicité

De nombreux patients bipolaires démontrent un rythme biologique avec une régularité impressionnante concernant les fluctuations d’humeur. Les cycles d’hypomanie et/ou de dépression surviennent avec une occurrence prévisible. Ceux-ci tendent à être saisonniers ; le printemps pour l’hypomanie et l’automne pour la dépression, ou l’été pour l’hypomanie et l’hiver pour la dépression.

Anniversaire

Un événement significatif, généralement un événement de « sortie » — une perte, comme le décès d’une personne significative, un divorce, un grand déménagement, un changement ou des perturbations, ou un épisode précédent rend plus vulnérable. L’apparition de l’épisode est une manière de gérer ou de ne pas gérer le traumatisme psychobiologiquement mémorisé.

Événements de vie stressants

Pour certains patients bipolaires, des événements positifs tels qu’un mariage, une remise de diplôme, une promotion et des honneurs peuvent être aussi producteurs de stress que des événements négatifs. Pour certains patients, tout changement majeur ou écart par rapport à une routine bien ordonnée et stable peut déclencher un déséquilibre biopsychologique.

Lire aussi:  Seresta Oxazépam contre le trouble bipolaire

Systèmes de croyances

La manière dont vous pensez à vous-même et au monde qui vous entoure a beaucoup à voir avec votre comportement. Si vous croyez qu’une épisode hypomaniaque est inévitable et que vous n’avez aucun contrôle dessus, il est probable que l’épisode se produira de la manière que vous avez prophétisée. De nombreux patients bipolaires deviennent victimes de prophéties auto-réalisatrices, en assumant peu de responsabilité pour modifier le comportement qui pourrait prévenir les épisodes.

Reconnaissance des symptômes

Si un épisode doit être prévenu, une connaissance précise des symptômes de l’hypomanie et de la dépression est cruciale tant pour les patients bipolaires que pour les membres de la famille.

Un système de soutien

Il existe de plus en plus de preuves que les individus qui vivent dans un environnement émotionnellement stable ou qui ont des proches disponibles pour le soutien pendant les périodes de stress ou de crise ont un résultat global plus sain.

Meilleure manière d’éviter un épisode

La meilleure façon d’éviter un épisode est d’apprendre correctement du premier.

L’épisode hypomaniaque se présente cliniquement comme un syndrome clairement reconnu et bien défini. Cela consiste en un ensemble de symptômes qui incluent un discours pressé ; une activité accrue, souvent sans but ; une diminution marquée du besoin de sommeil et peut-être de nourriture ; et un besoin marqué de gratification instantanée, d’attention et d’approbation. Une irritabilité notable et un mécontentement prévalent.

L’hostilité et l’argumentation surviennent lorsque l’individu est contrarié. Il y a un besoin d’expansion et d’exagération de tous les comportements. Les voix sont plus fortes, et les couleurs des vêtements sont plus vives. Il y a plus de dépenses d’argent, d’écriture de lettres, d’appels téléphoniques, de voyages, de dons de cadeaux et de conseils.

Lire aussi:  Décryptage : Les bipolaires sont-ils plus inteligents que la moyenne ?

Il y a une baisse marquée des inhibitions et un mépris prononcé pour les droits et les sentiments des autres. Il y a également une prise de risque accrue ; par exemple, les relations avec des étrangers sont personnalisées à un niveau inapproprié et avec peu de considération pour les convenances sociales.

Comment un épisode peut-il être prévenu, arrêté ou atténué avant que les symptômes cliniques ne surviennent ?

Lorsque le patient est dans un état stable, il est OBLIGATOIRE d’établir un contrat oral qui sollicite sa coopération pour permettre à une personne significative de confiance d’intervenir. Le patient accorde à la personne significative la PERMISSION d’intervenir pour prévenir un épisode en :

Donnant un retour concernant la pensée, l’humeur et le comportement du patient. Appelant le médecin du patient pour organiser un rendez-vous ou pour discuter du traitement. Modifiant la situation de vie pour réduire la stimulation. Fournissant un soutien cohérent, structuré et rassurant. Lorsque vous remarquez des symptômes hypomaniaques chez votre membre de famille ou ami Veuillez vous rappeler :

  • Restez calme ; ne paniquez pas ou ne critiquez pas.
  • Faites des déclarations plutôt que de poser des questions telles que, « Es-tu en train de monter ? » À la place, dites quelque chose comme, « Tu es tendu et semble préoccupé. Parlons-en. » Si vous rencontrez de la résistance, ne forcez pas ; rappellez au patient le contrat.
  • Discutez avec le patient du fait qu’il a un choix et des options. Il peut choisir d’éviter un épisode ou de le laisser escalader et suivre son cours avec la probabilité d’une hospitalisation et la perte de nombreux acquis actuels.
Lire aussi:  Comprendre et traiter les troubles de la personnalité borderline !

Faites des suggestions positives pour :

  • Revoir les activités et diminuer l’emploi du temps d’un tiers pendant au moins 7-10 jours.
  • Réduire la stimulation (musique forte, bruit, lumière, discussions, films violents, etc.) Imposer un environnement CALME (pas de visiteurs ou de célébrations).
  • Maintenir des journées planifiées et discrètes.
  • Réguler le sommeil – pas de siestes – rester hors du lit jusqu’à au moins 22h00 et ne pas se lever avant au moins 6h00.
  • Surveiller la prise de médicaments.
  • Augmenter les médicaments avec l’approbation du médecin.
  • Obtenir un niveau sérique si sous lithium, et prendre rendez-vous pour voir le médecin.
  • Rassurer le patient que s’il suit ces étapes, en 72 heures l’épisode peut être interrompu.
  • Soyez positif dans l’attitude et les actions. Utilisez votre sens de l’humour.
  • Suggérez au patient qu’il a un contrôle interne pour réguler son comportement et ainsi modifier sa biochimie.

Lorsque vous avez réussi avec cet épisode, félicitez-vous et le patient. Marquez la date sur le calendrier et notez ce que vous avez observé et ce que vous avez fait pour le modifier.

Extrait d’un document de Dr Julia Mayo, Chef, Études Cliniques, Département de Psychiatrie, Hôpital St. Vincent’s

Laisser un commentaire